Tous sont des « instituts de vie consacrée ». C'est pourquoi les rituels cisterciens sont précisément codifiés dans les Ecclesiastica officia ; c'est pour la même raison que l'architecture des couvents qui doit répondre avant tout à cette fonction, suit les instructions précises de Bernard de Clairvaux. Ils ont rang égal hormis les abbés des quatre branches maîtresses. Aux obligations liturgiques s'ajoutent travail manuel et lectio divina. De par son usage sacré, ils manifestent une exigence qualitative[144]. Les maisons de Cîteaux à Beaune et de Clairvaux à Dijon, par exemple, jouent le rôle de cellier avec pressoirs, cuveries et caves. Des carreaux à motifs géométriques apparaissent à la fin du XIIe siècle. C'est pourquoi, dès la mort d'Étienne Harding en 1134, il est demandé à Bernard de Clairvaux de prendre en main la réforme du chant. Le site doit présenter des avantages et des ressources suffisantes et souvent le choix initial ne présente pas toutes les caractéristiques requises. Les dimanches et jours de fête, la messe solennelle enchaînait sur tierce ; les autres jours, les moines se remettaient au travail. En 1206, il faut encore augmenter le débit hydraulique et un bief de quatre kilomètres est creusé. La croisée d'ogives permet de répondre à ce triple défi : moins consommatrice en pierre que la voûte romane, elle en augmente la hauteur[127]. Ils n'hésitent pas à racheter des villages préexistants quitte à en chasser les occupants pour les réorganiser différemment suivant leurs propres règles d'exploitation[140]. La papauté d'Avignon décide de changer le mode d'élection des abbés, désormais non plus élus par leur communauté, mais nommés par les princes ou le souverain pontife. L'objectif clairement défini de la spiritualité cistercienne est d'être en permanence attentif à la parole de Dieu et de s'en imprégner. Elle est indispensable aux drapiers Flamands et aux commerçants italiens dont l'une des activités principales est la coloration des draps (en 1273, les éleveurs anglais tondent 8 millions de bêtes, ce qui correspond à 3 500 tonnes de laine exportées !)[150]. Aux XIIe et XIIIe siècles, la poldérisation à grande échelle du marais poitevin est réalisée par des associations d'abbayes avec la mise sur pied de plans cohérents de drainage[160]. Sous son pontificat, l'ordre gagne en cohérence et conçoit une nouvelle organisation en 1336, sous la forme de la constitution Benedictina[56]. À cette heure, le moine chargé du réveil sonnait matines avec la grande cloche, pour la première messe de la journée, appelée aussi vigiles ou nocturnes. D'où certaines manifestations de rancœur violente au XIIIe siècle en Germanie où des granges de l'ordre sont parfois incendiées. Dès les premières décennies du XIIe siècle, la vie communautaire est marquée par l'organisation des tâches manuelles qui découle d'une nouvelle conception de l'unité foncière et du rôle de l'entreprise agricole. La production des granges est très largement supérieure aux besoins des abbayes qui revendent alors leurs surplus. Au lendemain de la Révolution française ne subsiste en Europe qu'une douzaine d'établissements cisterciens. On sait ainsi que Pontigny peut faire entrer 500 hectolitres hors taxes dans la ville de Troyes, Vaucelle peut en transporter 3 000 en franchise sur l'Oise, Grandselve 2 500 sur la Garonne[146]. Saint Bernard tout comme Pierre de Celles — autre penseur cistercien — s'oppose fermement aux universités naissantes : la vie intellectuelle citadine peut détourner de la glorification de Dieu[119]. Les bâtiments gagnent en verticalité. La suite de la réunion s'organisait autour de deux volets : l’instruction, pour laquelle l'abbé prend la parole, remplacée par un sermon les dimanches et jours de fête, et la proclamation, c'est-à-dire l'auto-accusation pour les fautes commises, dans un but d'auto-perfectionnement et comme exercice d'humilité. Chaque fois qu'un passant vint et réclama du pain, le portier leur en donnait un ; il était tenu d'avoir toujours une provision de pain dans sa cellule située dans la porterie. En effet, leur exploitation est confiée à des paysans sauniers (et non à des convers) qui conservent les deux tiers de la récolte. Vers 1125, des moniales bénédictines quittent leur prieuré de Jully-les-Nonnains et s'installent à l'abbaye de Tart, sollicitant la protection de l'abbé de Cîteaux, Étienne Harding qui l'accorde en 1132. Dès le XIIe siècle, des forges actionnées à l'énergie hydraulique multiplient la capacité de production des forgerons : l'utilisation des martinets permet de travailler des pièces plus imposantes (les marteaux de l'époque pouvaient peser 300 kilogrammes et frapper 120 coups à la minute[171]) et plus rapidement (des marteaux de 80 kilogrammes frappant 200 coups à la minute[171]). Un revêtement vitrifiable est ensuite apposé. Malgré les instructions de Bernard de Clairvaux, qui prônait une sobriété rigoureuse, ils développent un type de vitrail original : la grisaille. Un Ordre religieux est une association libre de personnes (hommes ou femmes) et de communautés ayant choisi de vivre organiquement un idéal de vie religieuse orientée vers Dieu.Cet idéal est souvent extériorisé par l’expression de vœux religieux publics dans le but de progresser plus rapidement dans la recherche de Dieu. Sinon, au moins le service de cuisine était assuré tour à tour par de différents moines. La Vierge est particulièrement représentée. Sur les territoires actuels de l'Autriche et de l'Allemagne, ils font reculer le front forestier vers l'est ; sur la côte flamande, l'abbaye des Dunes parvient à conquérir 10 000 hectares sur l'eau et le sable ; en région parisienne ils transforment des marécages en terres de paissance ou sur la côte atlantique en marais salant[140]. À cette époque, la voie monastique clunisienne voit s'élever contre elle des critiques de plus en plus nombreuses. — Georges Duby, Saint Bernard et l'art cistercien, op. L'ordre cistercien joue un rôle de premier plan dans l'histoire religieuse du XIIe siècle. Dans la tradition orthodoxe, l'Église orthodoxe est une communion d’Églises indépendantes sur le plan de l'organisation et de la discipline et intimement liées entre elles sur le plan dogmatique. Toutefois, la Règle s'orientant selon une journée longue, avec une avant-dernière prière à la neuvième heure et une dernière prière au coucher du soleil (alors que la journée ne dure que huit heures en hiver), les abbayes avaient coutume de se réunir pour laudes à 5 h 30 au plus tard : sinon, il aurait été difficile de trouver suffisamment de temps pour le travail et les autres éléments de l'ordre du jour. Au-delà de leur immense patrimoine foncier, c'est l'instauration d'un excellent réseau commercial qui donne aux Cisterciens une puissance économique de premier ordre. Prévu à l'origine pour accueillir une vingtaine d'étudiants, le Collège des Bernardins, forme entre le XIIIe et le XVe siècle, plusieurs milliers de jeunes moines cisterciens, l'élite de leur ordre, venus du nord de la France, de Flandre, d'Allemagne et d'Europe centrale pour étudier la théologie et la philosophie. L'urgence de la réforme apparaît bientôt à l'ordre tout entier. Dès lors le contrôle des eaux devient une priorité pour l'ordre. Cet office débutait à 19 h 00 ou à 20 h 00 selon les cas et se termina par l'examen de conscience. Cela fait une moyenne de 25 membres dans chaque communauté, soit moitié moins qu'auparavant[68]. Ordres religieux féminins: Notices thématiques en relation ... Ordres monastiques et religieux. Leur règle limitant la quantité de viande dans l'alimentation, les Cisterciens développent la pisciculture dans les milliers d'étangs créés par les retenues d'eau des nombreux barrages et digues qu'ils construisent pour irriguer leurs terres et leurs monastères[151]. Il existe par exemple un relais à Auxerre où les marchandises venues de la Saône peuvent être emmenées via l'Yonne jusqu'à la Seine (l'ordre possède un relais à Montereau au confluent[183]) et donc Paris, Rouen, voire l'Angleterre. Les abbayes de Hongrie, de Grèce et de Syrie sont détruites lors des conquêtes ottomanes. La ligne de Clairvaux compte jusqu'à 350 monastères, celle de Morimond plus de 200, celle de Cîteaux une centaine, seulement une quarantaine pour Pontigny et moins de vingt pour La Ferté. Les Cisterciens ont en effet besoin d'outillage agricole, mais aussi de terrassement, de construction, de clous pour les charpentes, de ferrures pour leur vitraux ou de serrures, et quand les techniques architecturales évoluent, d'armatures en fer pour leurs bâtiments. La spiritualité cistercienne est une spiritualité bénédictine avec une observation plus rigoureuse sur certains points. Parmi les mystiques cisterciennes, on peut nommer Béatrice de Nazareth (1200-1268) ou Sainte Julienne du Mont-Cornillon (1191-1254), qui fut l'instigatrice de la fête du saint Sacrement, fête instituée dans l'Église par le pape Urbain IV en 1268. P. Contamine, M. Bompaire, S. Lebecq, J.-L. Sarrazin, Voir en particulier l'étude d'une des rares granges médiévales encore en élévation, « La grange de l'abbaye cistercienne de Chaloché (Maine-et-Loire) ou de l'importance de l'étude de la charpente dans l'étude d'un bâtiment médiéval », « Agriculture, des travaux en bonne règle », Au mois d'août, en hiver le débit peut atteindre quatre mètres cubes par seconde, « Comment les Cisterciens inventent l'usine ». Cerf, collection Sources chrétiennes, 1967-1986. ( IN FRENCH - EN FRANÇAIS ) 791 pages; Tome II: "Les ordres actifs". Le prieur remplaçait l'abbé pendant l'absence de ce dernier, par exemple lors du chapitre général dans l'abbaye-mère, avant qu'il ne lui incombât la direction spirituelle de l'abbaye avec l'instauration du régime de la commende à la suite du concordat de Bologne du 18 août 1516. L'ordre cistercien est en fait constitué aujourd'hui de deux ordres et plusieurs congrégations. L’Ordre Cistercien de la Stricte Observance (connu aussi comme “Trappiste”) est un Ordre religieux contemplatif de l’Eglise Catholique Romaine composé de monastères de moines et de monastères de moniales. Dans ce lieu proche de la vallée de la Saône, à vingt-deux kilomètres au sud de Dijon, il trouve un « désert », couvert de cistels (roseaux)[note 1]. L'ordre cistercien est marqué à sa naissance par la nécessité de réforme et l'aspiration évangélique qui sous-tend également l'expérience de Robert d'Arbrissel — fondateur de l'ordre de Fontevraud en 1101 — et l'éclosion des chapitres de chanoines réguliers. L'exemption de la juridiction épiscopale permet à l'ordre de Cîteaux de mettre au point deux institutions qui devaient faire sa force : le système de visites des abbés-pères et le Chapitre général annuel[42]. Pour les besoins de leurs constructions, les Cisterciens doivent fabriquer des centaines de millions de tuiles. Ils obéissent à leur abbé (ou à leur … Le Saint-Siège décide dans ces mêmes années d'abolir la pratique commanditaire[63]. En effet, chaque fois qu'un moine avait enfreint la règle, il devait immédiatement s'accuser devant l'abbé ou la communauté. L'ordre reçoit aussi de nombreuses donations de petites gens comme de puissants. Les Cisterciens développent donc un style dépouillé même si le souci esthétique demeure. Cerf, collection Sources chrétiennes, 1985. Les années semblent difficiles pour la petite communauté, car « les frères de l'Église de Molesme et d'autres moines voisins ne cessent de les harceler et de les troubler, car ils craignent de paraître eux-mêmes plus vils et plus méprisables aux yeux du monde si l'on voit les autres habiter au milieu d'eux comme des moines nouveaux et singuliers[25] ». » Dans l'esprit de dépouillement, les formules psalmodiques, chantées tout au long des sept offices de la journée et de la nuit, sont ramenées aux formules les plus simples sans intonation ornée. Les serviteurs dont c'était le tour pour la semaine à venir tenaient l'eau et le linge à la disposition. Dès lors, ce qui fait la popularité de l'ordre à ses débuts disparaît et il décline au profit des ordres mendiants. « Devenu moine, Bernard reste un chevalier qui encourage ceux qui combattent pour Dieu[33] ». La bienveillance de la châtelaine de Vergy et du duc de Bourgogne assure l'essor matériel de l'abbaye. Usant d'une habile politique d'acquisitions, les moines blancs se rendent maîtres de nombreux cours d'eau. Cette transition du bas fourneau vers le haut fourneau s'ébauche notamment à l'abbaye de Rievaulx, où des analyses de laitier ont révélé une teneur en fer exceptionnellement faible pour l'époque, proche de celle obtenue avec un haut fourneau[172],[173]. Les Cisterciens sont donc maîtres d'un réseau commercial couvrant toute l'Europe. Les abbayes, rescapées des guerres et des expulsions, commencent à recréer des liens, à restaurer les Congrégations. Pétri de l'idéal de restauration du monachisme tel que saint Benoît l'avait institué, il quitte en 1075 son prieuré. Gaston Duchet-Suchaux et Monique Duchet-Suchaux. Les architectes cisterciens bâtissent leur plan sur des considérations fonctionnelles liées aux aménagements hydrauliques, la lumière ou les matériaux disponibles dans la région, mais en respectant les recommandations de Bernard de Clairvaux qui a défini les bâtiments nécessaires pour servir Dieu selon la Règle : l'oratoire, le réfectoire, le dortoir, l'hôtellerie et la porterie[125]. Mais les capacités de la Vouge - qui n'est qu'un petit cours d'eau -, sont vite dépassées. Le moulin hydraulique se diffuse pendant toute la période médiévale (il est une source de rentrées financières importantes pour la noblesse et les monastères qui investissent donc dans ce type d'équipements). La vallée boisée doit contenir, en de vastes étendues, tous les ingrédients qui répondent aux besoins de la vie monastique, sans se trouver trop loin des axes de circulation[45]. Ils se prosternaient tout autour de lui et entamaient les sept psaumes pénitentiels. Les Statuts des moines cisterciens venus de Molesme, rédigés dans les années 1140, s'offrent comme une mise en ordre de l'idéal primitif : stricte observance de la règle bénédictine, recherche de l'isolement, pauvreté intégrale, refus des bénéfices ecclésiastiques, travail manuel et autarcie. Les moines dormaient sur des paillasses, couverts par un gros drap de laine, et disposaient d'une couverture de laine grosse et velue[109]. C'est l'abbé qui désignait les frères à saigner par le minutor ; l'on prenait garde à ne pas saigner l'ensemble de l'effectif en même temps pour ne pas interrompre les exercices et travaux dans l'abbaye. Cette liste est arrangée, autant que faire se peut, suivant le nom par lequel les religieux sont populairement connus, et non pas par le nom officiel de l'institut religieux. C'est une branche réformée des bénédictins dont l'origine remonte à la fondation de l'abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme en 1098. On ne compte qu'une seule de ses réunions de 1699 à 1738. Ces immenses succès économiques vont progressivement contribuer à une transformation radicale de l'ordre qui s'écarte de plus en plus de l'austérité de Bernard de Clairvaux. Au XIIe siècle, le roman a atteint sa maturité, mais, à partir de la seconde moitié du siècle, les Cisterciens vont commencer la transition vers le gothique. Les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution partage à l’identique; d’autres termes peuvent s’appliquer.Voyez les termes d’utilisation pour plus de détails. « Réalités et évolution de l'économie cistercienne dans les duché et comté de Bourgogne au Moyen Âge' », « L'Économie cistercienne, géographie, mutations du Moyen Âge aux Temps Modernes », Studies in the Spirituality of the High Middle Ages, Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, « Les Cisterciens, labeur, austérité et rayonnement », Ordre cistercien de la Stricte Observance, ordre cistercien de la Stricte Observance, monastère de Tibhirine en Algérie sont enlevés, http://users.skynet.be/am012324/exordium/fra/2.pdf, "Émules puis sujettes de l'ordre cistercien. Les ordres dits « contemplatifs » cherchent l'union à Dieu dans une vie de prière et d'ascèse personnelle en retrait du monde, tandis que les ordres dits « apostoliques » cherchent l'union à Dieu dans le service des autres et l'engagement direct dans la société humaine. Les Cisterciens « marquent profondément l'histoire par leur spiritualité […] au point d'irradier tous les secteurs de la société[69] ». Un ordre religieux rassemble des personnes liées par des vœux solennels sous l'observance d'une règle religieuse. Dès lors, les Cisterciens vont développer un art dépouillé et souvent monochrome. Il devient dès lors plus rentable pour les propriétaires, ecclésiastiques ou laïcs, de prélever une redevance à des paysans auxquels ils ont confié des terres, que de faire cultiver leurs terres par des esclaves ou des serfs (qui disparaissent en Occident). Elle est complétée jusqu'en 1119, puis, au vu de nouvelles difficultés, remaniée vers 1170 pour donner naissance à la Charte de charité postérieure. Les granges cisterciennes développent les capacités de production agricole en introduisant une spécialisation de la main-d'œuvre. Ainsi, le poids de l'abbaye de Clairvaux ne cesse de croître, en particulier, grâce au nombre de ses filiales qui dépasse celles de Cîteaux, dans les décisions prises lors des Chapitres généraux[40]. Les moines blancs ouvrent bientôt des relais sur les cours d'eau vers les zones d'échanges commerciaux (Paris, Provins, Sens). Dans la tradition catholique, étaient considérés comme ordres religieux les mouvements religieux structurés importants (monastiques, mendiants) dont les vœux étaient prononcés de manière solennelle. Au pied de la Vierge, le copiste Oisbertus. En 1205, l'abbé de Pontigny est condamné par le Chapitre général pour avoir réalisé des parements trop somptueux. En Occident, à la charnière des XIe et XIIe siècles, nombreux sont les fidèles qui cherchent de « nouvelles voies de la perfection[5] », « désir inexprimé, mais exaltant toutes les ardeurs, de rajeunir le monde[6] ». Il trouve des imitateurs en Italie et au Luxembourg. Au sein de la communauté cistercienne, on distinguait au Moyen Âge plusieurs groupes de frères suivant leur dignité et leur fonction, mais tous unis par la prière commune et par l'autorité de l'abbé. L'abbé lui donna une pénitence et dit au moine de se rasseoir ; ce fut alors le tour du moine suivant. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Étant donné que le quatrième office de la journée, tierce, se tenait déjà à la troisième heure soit vers 9 h00 sur la moyenne de l'année, les moines devaient se dépêcher pour se rendre au travail à l'issue du chapitre[101]. L'expérience d'Armand de Rancé à l'abbaye de la Trappe, par son influence, reste emblématique de l'exigence de la Stricte Observance et des visées réformatrices. Historique de la vie religieuse Depuis… Le Chapitre général, dans ces conditions, devient une institution caduque. Les cisterciens acceptent cependant le soutien et le contrôle de l'évêque du lieu en cas de conflit au sein de l'ordre. Dans l'esprit des Cisterciens, qui refusent de devenir des rentiers du sol, le travail manuel est au contraire valorisé[136]. Ce système permet en plus de la simple irrigation, de drainer les eaux stagnantes des anciens marais, d'apporter des éléments azotés indispensables pour la croissance des herbes et d'accélérer le réchauffement des terres (l'eau conduit 1000 fois plus la chaleur que l'air)[151]. Le procureur de l'abbaye était chargé de l'administration du temporel de l'abbaye et signait aussi tous les actes et contrats avec les représentants de la société civile, comme des seigneurs vassaux. Les moines ayant accompli leurs vœux portaient des coules blanches à longues manches et capuche, des tuniques, des vêtements de dessous et des bas. « Saint Bernard n'avait pas fondé l'ordre cistercien. Toute sa vie, il est guidé par la défense de l'ordre cistercien et ses idéaux de réforme de l'Église. À cette occasion, les moines pouvaient parler à l'abbé ou se confesser de leurs fautes secrètes. Arnaud Amaury, abbé de Cîteaux, est alors nommé légat par le pape et organise la croisade[50]. Le Moyen Age est plus que les autres époques le temps des moines et des religieux. De plus, les travaux de plein air sont prédominants et le contact de la nature rapproche du Créateur. Tout doit y conduire et rien en distraire[71]. « Les moines cisterciens dans les villes médiévales », « Art cistercien, architecture cistercienne ». Aubry, administrateur efficace et compétent, obtient la protection du pape Pascal II (Privilegium Romanum) qui promulgue le 19 octobre 1100 la bulle Desiderium quod. Le chapitre enchaînait directement sur prime, et commençait donc environ une heure après le lever du soleil, soit vers 7 h00 sur la moyenne de l'année. « Qu'il soit plein de gravité, ni lascif, ni rude. Elle fit l'objet de différentes mises au point. « Nous devons être unanimes, sans divisions entre nous : tous ensemble, un seul corps dans le Christ, en étant membres les uns des autres ». Le chantier est énorme, car, en plus du canal de dix kilomètres à creuser, il faut réaliser un aqueduc, le pont des Arvaux, de cinq mètres de haut afin de permettre le passage du canal au-dessus de la rivière Varaude[153]. La même pratique est utilisée pour la sélection de chevaux qui, plus légers, permettent de travailler des sols bruns dans lesquels le bœuf s'embourbe. Les bâtiments de Bohème, Pologne, Bavière, Espagne et Portugal sont gagnés par un mouvement de reconstruction d'inspiration baroque. Les vigiles se passaient dans l'obscurité et duraient deux heures environ ; ils étaient chantés comme tous les offices, à l'exception de certaines prières silencieuses au début d'un office. L'ordre cistercien de la Stricte Observance (aussi appelé o.c.s.o.) Au XVIe siècle l'abbaye de Vauluisant ne compte plus que treize moines, à la fin du siècle seulement dix[58]. Dans la tradition chrétienne, les ordres religieux sont des associations d’hommes ou de femmes qui s’engagent à suivre le Christ dans une vie évangélique. En France, une réforme d'un caractère original voit le jour sous l'impulsion de l'abbé Jean de la Barrière (1544 - 1600). Les abbayes créées par Cîteaux ont besoin du lien qui va être la marque de leur appartenance à l'application stricte de la règle de saint Benoît et rendre les communautés monastiques solidaires. Il protège le carreau et rehausse les couleurs. Par son organisation et par son autorité spirituelle, il s'impose dans tout l'Occident, jusque sur ses franges. En Occident, à la charnière des XI e et XII e siècles, nombreux sont les fidèles qui cherchent de « nouvelles voies de la perfection [5] », « désir inexprimé, mais exaltant toutes les ardeurs, de rajeunir le monde [6] ».Cependant, pèlerinages et croisades ne nourrissent pas spirituellement tous les croyants. Les débuts du novum monasterium[21], dans des bâtiments de bois entourés d'une nature hostile, sont difficiles pour la communauté. Au-delà, l'exclusivité donnée aux activités intellectuelles du scriptorium, de l'exercice du plain-chant et l'office divin ont coupé les moines d'une des trois exigences de la règle bénédictine, le travail manuel. ». Au-delà, « le peuple des campagnes se détourn[e] le premier de l'ordre, qui lui prend la terre, l'expuls[e] des hameaux[186] ». Des scies hydrauliques sont attestées au XIIIe siècle[167]. Ils choisissent des sols propices sur des pentes ayant une orientation garantissant un bon ensoleillement, utilisent pour faire mûrir leur vins en isothermie, les carrières de pierres creusées pour l'édification de leurs abbayes[146]. Le Chapitre général réunit chaque 14 septembre, sous la présidence de l'abbé de Cîteaux qui fixe le programme, tous les abbés de l'ordre qui doivent y assister en personne ou, exceptionnellement, se faire représenter. L'introduction de la carpe en Occident est parallèle à l'expansion de l'ordre[152]. Aux côtés des Cisterciennes officiellement incorporées à l'une ou l'autre des deux branches, nombreuses sont les communautés de femmes, vivant dans une mouvance spirituelle cistercienne, qui se regroupent en ordre ou congrégation : Bernardines d'Esquermes, bernardines d'Oudenaarde, bernardines de Suisse romande. Le four de Commelle en est la parfaite illustration : il permet de cuire entre 10 000 et 15 000 tuiles à la fois. Une active politique d'acquisitions facilitée à ses débuts par la popularité du mouvement qui recueille un grand nombre de legs et donations permet à l'ordre de devenir un très important propriétaire foncier. De simples barques à fond plat suffisent pour transporter les denrées sur ces rivières calmes. Cependant, les convers avaient droit à davantage de sommeil en raison de leur plus lourde charge de travail, et étaient donc dispensés de ce premier office. L'apparition du verre figuré décoratif dans les églises cisterciennes coïncide avec le développement du mécénat et des donations aristocratiques. À en suivre Terryl N. Kinder, les vallées, no man's land, « délimitaient un territoire « neutre » où les nobles guerriers des deux rives faisaient la trêve, mais qui par sa position stratégique, ne convenait pas à un usage domestique[46] ». L'ordre apparaît comme une véritable puissance économique. Les moines utilisent pour cela des canalisations en plomb, en terre cuite ou en bois. Après les nocturnes, les moines ne rentraient point se coucher, mais restaient dans l'abbatiale ou se tenaient au cloître pour prier en silence, réciter des prières, lire ou chanter. En 1360, les frères de Cîteaux doivent trouver refuge à Dijon. Aussi, conjuguant ascétisme et rigueur liturgique et rejetant l'oisiveté grâce au travail manuel, la Regula Sancti Benedicti est à la fin du XIe siècle une formidable source d'inspiration pour les mouvements en quête de perfection tels les ordres de Grandmont ou de la Chartreuse, fondée par Bruno de Cologne en 1084. Naturellement les Cisterciens s'ingénient à améliorer sans cesse le résultat de leur travail, et comme par ailleurs ils jouissent de facilités que n'ont pas toujours les autres paysans de l'époque (main-d'œuvre et capitaux pour réaliser de grands travaux de drainage et d'irrigation, liberté de circulation, possibilité d'avoir des dépôts de vente dans les grandes villes, de construire routes et fortifications, etc.) On le voit sur tous les fronts et sa vie est riche de paradoxes : il clame son désir de se retirer du monde, pourtant il ne cesse de se mêler des affaires du monde. Pour Bernard de Clairvaux, « l'humilité est une vertu par laquelle l'homme devient méprisable à ses propres yeux en raison de ce qu'il se connaît mieux ». La dernière modification de cette page a été faite le 9 février 2014 à 03:21. À compter de la fin du XIIe siècle, du fait de l'engagement pastoral et de l'engagement prédicant, certains établissements se tournent vers l'étude des questions du temps. Motifs géométriques et végétaux sont les seules représentations : palmettes, résilles, entrelacements qui peuvent rappeler l'exigence de régularité prônée par saint Bernard. Dans la gamme des ordres religieux, deux tendances générales sont présentes. Un grand mouvement de défection touche les communautés du nord de l'Europe et les princes gagnés à la Réforme confisquent les biens de l'ordre. Les frères qui avaient transgressé la règle se levaient tour à tour ; enlevèrent la capuche pour que toute l'assistance puisse voir leur identité ; confessèrent à haute voix leurs erreurs ; puis se couvrirent la face et la tête et se prosternèrent sur le lutrin tout en silence. Chaque grange est exploitée par cinq à vingt frères convers (ce qui est un nombre idéal du point de vue de la gestion car au-delà d'une trentaine de personnes le simple sentiment de faire partie d'un groupe ne suffit plus à motiver toute la main-d'œuvre à la tâche), au besoin aidés d'ouvriers agricoles salariés et saisonniers. L'on frappait alors la crécelle et sonnait les cloches pour appeler l'ensemble des religieux au chevet de leur confrère. Cerf, collection Sources chrétiennes, 1975. De ce fait, le réveil des moines est reporté à 3 h 00, leur laissant une demi-heure à une heure de sommeil en plus. Certes, l'ordre a essaimé ses monastères dans toute l'Europe, mais la proximité de ses abbés avec le pouvoir temporel n'est pas du goût de tous[9]. Les indigents n'étaient toutefois pas accueillis au monastère, mais recevaient les vivres à la porte, des mains du portier. En février 1790, l'Assemblée nationale française vote la suppression de l'ordre pour motif d'inutilité. Ces grandes bibliothèques permettent aussi un travail plus critique sur ceux-ci. Les frères, « firent une coupe dans la forêt et dégagèrent un espace dans l'épaisseur des fourrés d'épines, puis se mirent à construire à l'endroit même un monastère. 1113. La grande connaissance de l'hydraulique par les Cisterciens leur permet de transformer des rivières capricieuses, qui changeaient souvent de cours et étaient sujettes à de nombreuses crues, en cours d'eau régulés pour les besoins domestiques, énergétiques et agricoles des moines.

Demande De Bourse à Létranger, Airbnb Lacanau Plage, Exprimees Au Pif Mots Fléchés, Cessez Le Feu 5 Lettres, Bongo Vins D' Exception, Moelleux Pâte De Pistache, Prélude De Bach Partition Pdf, Domaine Des Grandes Côtes, Chef Cuisinier Français Connu,